123A5A38-01DC-4312-A490-A5B94633CFE4

Mon cher D...,
Il ne faut pas m’en vouloir. Je n’étais pas présent aux vœux du personnel où la mairie fêtait votre départ à la retraite. Je n’étais pas invité par le maire. Il faut dire que j’ai commis un crime irréparable dans une démocratie: je me présente aux élections sur une liste qui n’est pas la sienne. Et comme à tout crime, il faut un châtiment...je fus privé de vœux ...comme un enfant est privé de dessert. 
Heureusement mon cher D..., vous aviez eu la gentillesse de m’inviter lors de votre vrai pot de départ cet été, celui de vos vrais amis, celui qui ne fait pas l’objet d’un article dans la presse communale. Celui  des gens qui s’estiment et se respectent parce qu’ils ont travaillé ensemble. J’ai pu vous dire ce jour-là comme j’avais apprécié de vous connaître et de vous avoir rencontré dans ces années de mairie, , car vous faites partie de ces travailleurs silencieux et humbles comme on en rencontre trop peu... de ceux qui incarnent par ce qu’ils sont le « savoir-faire » quand d’autres se satisfont du « faire-savoir » 
Mais le maire n’était pas là ce jour-là. Dommage, ça lui aurait peut-être donné des idées pour son discours.
Alors oui, j’ai vraiment été très triste de cette privation d’amitié. Une humiliation de plus qui s’ajoute à tant d’autres.
Mais soyez sûr, mon cher D... que nous nous croiserons encore et que j’aurai le plaisir de parler avec vous de ce temps d’activité  que vous avez bien rempli. Profitez bien de cette retraite méritée avec les vôtres..
Amitiés,
Ps : c’est le même maire qui inflige ces humiliations et crée cette profonde tristesse qui parle d’une campagne électorale «bienveillante ». Désolé, j’ai du mal à voir la bienveillance dans tout ça, ni l’élégance d’ailleurs.
Quant à toi, ami électeur Thorois, tu sauras le jour venu....où elle se trouve et l’indiquer dans ton bulletin de vote.